La revanche des tronches

2013-09-18T15-07-56_0

Haley Dunphy: Je ne comprends pas ce qui vient d’arriver.
Alex Dunphy: Tu as tes fans, et j’ai les miens. Un jour, tes fans travailleront pour les miens. (Modern Family, saison III)


Dans les années 80 et 90, lire des bandes dessinées était cool pour les enfants, mais au secondaire, c’était synonyme de «loser». Les «geeks» avaient leur propre table à la cafétéria, probablement avec ceux qui jouaient à « Donjons et Dragons ». Nul besoin de vous mentionner que ce n’était pas la table la plus populaire. Loin de là. Deux faits marquants ont permis aux «geeks» de sortir de leur placard. Quels sont ces deux évènements?

En sortant de leur faillite en 1997, la compagnie Marvel a laissé New Line Cinema produire un film avec un super-héros qui n’apparaissait que sporadiquement dans la version bande dessinée de Spider-Man. Contre toute attente, le film Blade a ramassé plus de 130 millions de dollars à travers le monde. Cela a donné plus qu’un vent dans les voiles à Marvel, qui a ensuite sorti X-Men en 2000 (295$ millions) et Spider-Man en 2002 (821$ millions).

Plus important encore que la réussite commerciale de ces films, l’arrivée du Space Channel en 1997 (SyFy au É-U) a validé l’importance de la communauté geek. Maintenant, au lieu d’être ridiculisés dans des émissions de télé, ils avaient dorénavant leurs propres chaînes et séries. Et puisque rien ne dit produits dérivés et communauté (forums et groupes en ligne, réunions pour des tournois de jeux, etc…) comme tout ce qui a rapport aux « geeks », il fallait bien qu’ils aient leur propre foire. Voilà Comiccon, qui avait lieu au Palais des Congrès le weekend dernier (13 au 15 septembre).

Dès qu’on arrive dans la file d’attente, on sent l’excitation et le sentiment de «je peux être moi-même ici avec d’autres personnes qui sont comme moi». On peut le voir dans le sourire des gens et surtout dans les costumes. Je reviendrai plus tard sur le phénomène du cosplay.

2013-09-22T12-15-43_13

Une fois que l’on traverse les portes d’entrée, on arrive sur une planète conçue par et pour les « geeks ». Tout ce que l’on voit ce sont des kiosques vendant toutes sortes de choses : comic books, bandes dessinées, t-shirts, jeux vidéos et autres choses du genre. Il y a aussi L’Artist Alley (L’allée des artistes) ou plusieurs artistes de renommée mondiale sont assis, discutant avec leurs fans, vendant de la marchandise et dessinant des croquis exclusifs.

Les kiosques les plus populaires sont ceux qui sont dédiés à des films ou série-culte. Cette année nous avons eu le droit à la Delorean de Retour vers le futur, à la Ecto-1 de Ghostbusters, au kiosque de la Légion 501 (groupe de fans qui font la promotion de Star Wars) et  à un kiosque de The Doctor Who Society of Canada. Ces kiosques sont maintenus par des bénévoles et rattachés à des fondations à but non lucratif.

Il y a aussi des conférences. Que ce soit des ateliers pour écrire des romans fantastiques, pour devenir concepteur de jeux vidéos, ou tout simplement pour poser des questions à des acteurs de films et/ou de série télévisée et à des artistes de « comic books », on trouve de tout. La beauté et la singularité du Comiccon de Montréal, c’est la combinaison des artistes francophones et anglophones du monde des « comics » et de la bande dessinée qu’on ne retrouve nulle part ailleurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le grand moment de l’événement se déroule samedi en fin d’après-midi: la grande masquarade! S’il y a bien une image qui est ancrée dans la conscience du grand public, c’est que Comiccon égale costumes. Le phénomène « cosplay » a pris de l’ampleur depuis la dé-marginalisation des «geeks». De plus, qui n’aime pas se déguiser? Des simples attirails jusqu’aux costumes hyper-détaillés, on les retrouve tous à Comiccon. Cette année nous avons même eu droit à la présence de Jessica Nigri et de Monika Lee, deux superstars du « cosplay ».

Laissez moi conclure avec une anecdote personnelle. Je suis au cégep en 1994. Je suis en discussion de « comic book » avec un ami. Quelques-uns de nos amis portent attention à notre conversation et nous disent : « vous êtes vraiment des enfants, vous lisez encore des ‘comic books' », suivi d’un rire moqueur. En 2012 et 2013, les trois films ayant fait le plus d’argent sont tous des films de super-héros. Cette année, plus de 42 000 personnes ont assisté à Comiccon. Comme quoi on l’a finalement eu notre revanche 😉

**Statistiques courtoisie de Box Office Mojo

Publicités

3 réflexions sur “La revanche des tronches

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s