Les mal-aimés du CH

canadiens_lightning_hockey_26190715C’est reconnu à travers le monde du hockey, la ville de Montréal est la Mecque de ce sport. C’est un des plus grands, sinon le plus grand marché du hockey. Aux yeux d’un fan de ce sport, la métropole peut s’agir de l’environnement idéal pour jouer au hockey. La pression est forte, mais la motivation doit y être également. Par contre, ce n’est pas tous les joueurs qui sont d’accord à ce sujet. Plusieurs d’entre eux refuseraient de jouer pour le Tricolore et préfèrent jouer où la pression est moins forte. Effectivement, la passion des fans du CH est puissante, tellement que même ses propres joueurs peuvent y goûter. Pensons à Patrick Roy, qui lors d’une contre-performance en 1995, a littéralement levé les bras, suite à un arrêt de routine en guise de sarcasme envers les partisans qui le huaient pour avoir concédé 9 buts à l’adversaire lors de ce match.

Voici donc quelques fiches de joueurs mal-aimés, jouant pour l’édition actuelle du Canadien de Montréal.

Tomas Plekanec

TOMAS PLEKANEC
Celui-ci est constamment dans les désirs, et surtout, dans les rumeurs d’échange. Pourtant, celui qu’on surnomme Pleky, donne une véritable chance de gagner à chaque soir, lui qui en plus d’être un pointeur régulier, est aussi un de ceux qui travaillent à protéger l’avance des siens. Malgré cela, lorsqu’un joueur d’ailleurs est supposément disponible pour être échangé, le premier nom qui vient en retour chez un partisan du Canadien est celui de Pleky. Plusieurs trouvent qu’il ne produit pas assez, mais comme Saku Koivu, le Tchèque est un excellent 2e centre forcé de jouer le rôle de premier.

David Desharnais

DAVID DESHARNAIS
Oui! Même les joueurs québécois y goutent! Par contre, avec Desharnais, le problème qui le hante est évidemment sa petite stature. Malgré ses 5’6″, Desharnais a connu passablement de succès ces dernières années, assez pour mériter d’empocher 3,5M$ annuellement pour les trois prochaines années. C’est beaucoup pour un joueur qui ne dominera jamais en raison de sa taille et qui ne ferait pas la moitié des équipes pour cette même raison. De plus, les partisans sont « tannés » des petits joueurs, lui qui n’est pas le seul dans ce bateau.

Brian Gionta

BRIAN GIONTA
Dans la même branche que Desharnais, Gionta ne mesure que 5’7″. Cela ne l’a peut-être pas empêché de devenir le vingt-huitième capitaine de l’histoire de la franchise. C’est un énorme fardeau et beaucoup de pression additionnelle à se mettre sur les épaules. Il y a 5 ans, le public l’acclamait. Aujourd’hui, la plupart des partisans souhaitent déjà qu’il ne signe pas de nouveau avec l’équipe au terme de la prochaine saison. Même s’il a fourni de bonnes statistiques à l’équipe, ce sont ses multiples blessures que la foule retiendra davantage.

Travis Moen

TRAVIS MOEN
Lorsque Moen a commencé à se faire un nom à travers la ligue, il régnait terreur dans la conférence de l’Ouest, avec les Ducks d’Anaheim, leur permettant même de gagner la Coupe Stanley en 2007. Il s’était signalé avec une récolte de 12 points (7 buts et 5 passes) en 21 matchs de séries éliminatoires. Il n’a jamais été reconnu pour être un pointeur, mais il s’assurait que ses coéquipiers soient respectés en lâchant les gants et en appliquant des mises en échec. Lorsqu’il a signé avec le CH, tout le monde s’attendait à voir ce Moen, sauf qu’il a plutôt déçu en essayant de jouer un style de hockey qu’il n’est pas capable d’assurer, sans marquer son lot de points, et surtout en perdant ses combats, plus souvent qu’autrement. En plus, il signa une prolongation de contrat d’une durée de 4 ans à l’été 2012.

Rene Bourque

RENÉ BOURQUE
Bourque a été un personnage d’une des histoires les plus bizarres et « n’importe quoi » de ces dernières années, et ce, malgré lui! Pendant un match opposant Montréal à Boston, le directeur-général à l’époque, Monsieur Pierre Gauthier, échangea à la base Mike Cammalleri au Flames en retour de Bourque. Tout cela s’est produit à l’entracte entre la 2e et la 3e période. Du jamais vu, c’était digne d’un cirque de village! Reconnu pour être un marqueur, il est reconnu également pour sa paresse et sa production inconstante. Cela s’est toute suite remarqué lors de son arrivée. Sauf que dans la saison écourtée de 48 parties, l’originaire de Lac Biche en Alberta s’est signalé en s’impliquant physiquement et sur la feuille de pointage… jusqu’à ce qu’il se blesse.

Ryan White

RYAN WHITE
Cela semble faire une éternité depuis que White est dans le giron du CH. Après quatre camps d’entrainement, il ne s’est toujours pas taillé une place avec le grand club, remplaçant régulièrement sur le 4e trio en cas de blessures. Il a pourtant connu un 2e camp du tonnerre, mais n’a pas su conserver la cadence. Les gens se souviendront longtemps des pénalités stupides qui ont souvent couté de nombreux matchs à l’équipe, et il semble se faire dépasser par quelques jeunes qui cognent à la porte.

Davis Drewiske

DAVIS DREWISKE
C’était un échange mineur qui devait seulement servir pour les séries de l’année dernière. Drewiske a quand même réussi à parapher un contrat de deux ans (!) avec l’équipe, créant un embouteillage pour le poste de 7e défenseur, pour lequel les fans semblent préférer Jared Tinordi. Pour le fan moyen, il est un inconnu qui ne fera jamais l’équipe et qui semble causer une énorme indifférence.

Carey Price

CAREY PRICE
Pourquoi? Parce qu’il a été un choix de repêchage hâtif (5e au total). Parce qu’il parait nonchalant. Parce qu’il est parfois chancelant. Parce qu’il n’a pas transporté l’équipe aux grands honneurs. Parce qu’il a poussé Huet et Halak dehors de Montréal. Parce qu’il semble avoir tout cuit dans le bec. Parce qu’il était fêtard à ses débuts. Parce qu’il n’a pas l’air de s’acclimater à l’ambiance hockey de la province… bref, toutes les excuses sont bonnes pour détester Price. Pourtant, il n’a que 26 ans, ses meilleurs années sont devant lui; et malgré cela, il affiche de meilleures statistiques que Brodeur, Roy, Fleury et compagnie au même âge. Il est le meilleur gardien que le CH a eu depuis Roy, mais cela n’empêche les fans de critiquer tout ce qu’il fait. Et même lorsque Price vole un match, ou qu’il fait un arrêt à bout portant, les fans d’aujourd’hui réclament quand même Halak. C’est dommage, peu importe ce qu’il fait, c’est jamais assez pour gagner le cœur des partisans et leur confiance car entre vous et moi, c’est seulement au Québec que Carey Price est un mauvais gardien… même Sidney Crosby le met sur un piédestal.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s