Lucian Bute, mythe ou réalité?

Pascal Bute

Avant que mon billet ne devienne une possible controverse, sachez que je n’ai jamais dénigré Lucian Bute pour quoique ce soit. Je respecte le boxeur et ayant eu la chance de le côtoyer à plusieurs occasions, je respecte l’homme également. Ceci étant dit, vous souvenez-vous lorsque Jean Pascal a délibérément affirmé de tel propos en pleine conférence de presse, où il soutient que Bute serait une «marionnette» et qu’il n’est pas le boxeur « qu’Interbox et Stéphane Larouche semblent nous imager». Nous avons probablement tous pensé à la même chose, que Pascal faisait ce qu’il fait de mieux, c’est-à-dire son spectacle de punchlines. Or, poser la question, c’est y répondre.

Suite à ce combat historique, qui s’est soldé par une victoire dominante de Jean Pascal au bout de douze rondes, il est évident que les amateurs de boxe québécoise s’en font beaucoup pour Bute quant à son avenir. La réalité, c’est que le Roumain d’origine boxe avec beaucoup de craintes, et c’est une évidence qu’il entame ses combats avec celles-ci. Ce manque de confiance ne remonte pas seulement à la dégelée subie aux mains de Carl Froch, mais plutôt depuis qu’il a été sauvé par la cloche dans son premier affrontement contre Librado Andrade.

Ses combats subséquents ont été de francs succès certes, par contre le chemin vers l’élitisme de la boxe n’a pas été le parcours espéré, ni idéal pour Bute. D’abord ignoré par l’organisation qui a mis sur pied le tournoi du Super Six, malgré la blessure de Mikkel Kessler, elle a plutôt opté pour un Glen Johnson vieillissant pour remplacer le Danois au lieu d’y aller avec Bute. Pendant ce temps-là, il a été contraint d’affronter des adversaires de second ordre pendant quelques années. Donc, au lieu de s’améliorer en affrontant les meilleurs au monde, il a plutôt fait du surplace en attendant un sérieux adversaire. Or, pour l’amateur moyen qui voit Bute remporter tous ses combats par KO ou TKO contre ces boxeurs-là, cela devient évidemment très attrayant et impressionnant.

n-BUTE-large570

Or, imaginez si Bute avait eu la chance d’affronter les Andre Ward, Mikkel Kessler, Arthur Abraham de ce monde; pensez-vous vraiment qu’il aurait fait long feu? Bien sûr, il a défait Glen Johnson suite à son élimination du Super Six; mais ce dernier était en fin de carrière. La première et véritable chance de Bute de s’établir comme un boxeur d’élite est survenue lorsqu’il avait affronté Carl Froch. Enfin, on allait voir ce qu’il avait dans le ventre et de pouvoir identifier sa vraie valeur. Par contre, la soirée de travail de Bute a pas mal tourné au vinaigre, se faisant achever à la cinquième ronde.

Depuis, ce qui était une formalité s’est pas mal concrétisé: Bute s’est affaibli mentalement et a craint les poings de ses adversaires. Même s’il a disposé de son adversaire suivant (Evgeni Grachev), on voyait qu’il était craintif et que le feu ne brûlait pas aussi vivement qu’on l’a déjà vu. Contre Jean Pascal, ce n’était pas beau à voir non plus; on sentait que la peur du ridicule lui trottait dans la tête et qu’il était insensé pour lui de perdre dans le plus grand combat de la boxe québécoise. Maintenant qu’il a perdu contre les deux seuls boxeurs de «Classe A» comme soutient Pascal contre qui il s’est buté, est-ce que ce dernier avait raison? Bute n’est-il vraiment qu’un boxeur légèrement meilleur que la moyenne et bonifié par Interbox? On aimerait croire que non, mais il reste quand même que la question se pose.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s