Dix Vagues : Retour sur le hockey masculin

Carey Price Canada

Parce que deux semaines s’écoulent si rapidement, les Jeux de Sotchi sont déjà devenus des souvenirs pour les amateurs de sports. Ce fut une récolte de médaille satisfaisante pour le Canada, qui en a remporté deux dans la discipline qui m’intéresse le plus, évidemment, le hockey sur glace. J’ai suivi avec attention le plus que je pouvais (et même parfois en reprise, boulot oblige), le tournoi masculin. Et bien sûr, il se fait une quinzaine de jours depuis qu’il y en a pas eu, alors je vous offre dix observations dans le cadre de cet édition des Dix Vagues.

  1. La Suisse peuvent bien produire des défenseurs ici et là. Je ne sais pas ce qui se mange dans ce petit pays, mais la formule qui développe leur système défensif opère avec un certain brio depuis quelques années. Je ne suis pas un fervent d’un tel système; mais j’apprécie et je donne crédit à une formation étiquetée faible, qui se bat et qui se défend si bien qu’un seul but peut leur mériter la victoire. Je ne serai pas surpris qu’un jour, la Suisse se hisse parmi les équipes compétitives et qu’elle produise davantage de joueurs du calibre de la LNH.
  2. Ces pauvres Russes… s’agissait-il d’un flux d’attentes démesurées, ou n’était-ce qu’un mirage? Il est difficile de percevoir qu’une équipe qui compte sur Malkin, Ovechkin, Datsyuk, Kovalchuk et Radulov ne puisse pas générer davantage d’offensive qu’elle ne l’a fait; mais toute bonne équipe est soutenue aussi par une bonne défensive, et ça, la Russie l’avait moins.
  3. L’histoire du tournoi olympique de Teemu Selanne n’est-elle pas inspirante? Âgé de 41 ans, contemplant la retraite annuellement, toujours utile à son équipe; et là, il a mérité le bronze avec son pays. Personne ne donnait de chance à la Finlande de se mériter une place sur le podium; mais Selanne a entré cela dans la tête de ses coéquipiers, tel un capitaine. Son attitude exemplaire et sa motivation contagieuse ont propulsé les siens vers une 3e position plus que satisfaisante. Personnellement, je vais toujours me souvenir du deuxième but des Finlandais. À leur retour au banc, capitaine Teemu a félicité un à un les joueurs qui étaient sur la séquence qui leur donnait une avance de deux buts en l’espace de quelques secondes, justement après qu’il ait déjoué lui-même Jonathan Quick d’un tir du revers.
  4. C’était la même motivation chez les Lettons. Lorsqu’interrogé, l’ancien de la LNH Martins Karsums a révélé que si l’équipe ne lâche jamais, c’est parce que l’entraîneur Ted Nolan les a convaincus qu’ils étaient bons et qu’ils pouvaient rivaliser avec les meilleurs.
  5. Garth Snow va se souvenir longtemps de ces Jeux. Non seulement, il perd son capitaine et son meilleur joueur John Tavares pour le reste de la saison; cela vient pratiquement de ruiner ses chances de prolonger le contrat de Vanek… qui vraisemblablement devra jouer avec Frans Neilsen ou Josh Bailey.
  6. Et parlant de Vanek… pas fort, les Autrichiens. Pour ceux qui l’ont manqué; ils ont veillé aux petites heures du matin d’une soirée bien arrosée la veille de leur match éliminatoire.
  7. Une chose que je n’ai pas compris, c’est l’entraîneur suédois. Alors que les Suédois perdaient par deux buts dans le match ultime de la médaille d’or; il a coupé son banc pour faire jouer ses éléments-clés… sauf que ceux-ci s’avéraient plutôt être le trio de Marcus Kruger, Jimmie Ericsson et Carl Hagelin avec le duo de défenseurs Nik Kronwall et Erik Karlsson. Rien contre les défenseurs, mais difficile de remonter la pente, quand même…
  8. Comment expliquer la débandade des Américains? Le manque d’opportunisme est sans doute une des causes. Je pense notamment à Patrick Kane qui manque deux lancers de punition contre la Finlande et leur inhabilité de convertir les supériorités numériques. Lorsqu’on affronte des équipes plus faibles, cela peut passer; mais quand on affronte des puissances, on se doit de profiter de ces opportunités.
  9. Où sont les détracteurs de Carey Price maintenant? Il a montré qu’il peut dominer dans un contexte favorable; il était en pleine confiance en ses moyens, n’allouant que deux buts durant le tournoi. Je suis de plus en plus persuadé que ce n’est qu’au Québec que Price ne fait pas l’unanimité, et pour quelles raisons? Il est encore jeune et il ne fait que s’améliorer… sacrez-lui patience: il vient de prouver que c’est un gagnant! Je vous invite d’ailleurs à lire le blogue de Mathias Brunet de La Presse à cet effet.
  10. Et le dernier et non le moindre, Nicklas Backstrom aurait échoué un test antidopage, ce qui lui aurait défendu de jouer le match de la médaille d’or. Rien n’est confirmé; mais cela reste quand même une situation décevante, qui se transportera en Amérique du Nord et qui risque de prendre des proportions exagérées. Il sera intéressant de voir comment la LNH se comportera dans ce dossier.

Petit extra : Bien sûr, je n’ai pas oublié PK qui n’a joué qu’un seul petit match durant cette aventure. Mais la réalité, c’est qu’il jouait dans une équipe qui comptait en majorité sur des défenseurs droitiers comme lui. Or, il n’est pas impossible qu’un droitier joue à gauche; mais ceci est le tournoi international le plus important au monde; êtes-vous vraiment capable de me dire que vous êtes prêt à sacrifier un droitier sur le flanc gauche ou vice-versa alors qu’il n’est pas sur son côté naturel?

Dans le même ordre d’idées, je comprends que Mike Babcock a voulu s’assurer qu’il pouvait compter sur un autre défenseur qui ne fait que ça, défendre. Dan Hamhuis ne gagnera peut-être jamais le Norris, mais son efficacité à défendre son territoire fera de lui un atout pour une équipe qui désire freiner l’opposition. Je ne dis pas que le Norris gagné par PK est un coup de chance; mais gagner un trophée ne te garantit rien. Si le plan de match est de bien jouer défensivement, je comprends à cent milles à l’heure la décision de Babcock de préférer Hamhuis qui est reconnu pour sa fiabilité pour défendre. Je ne dis pas que PK est pas bon défensivement; sauf que je préfère envoyer Hamhuis en mission défensive étant donné que c’est son pain et son beurre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s