Course aux Oscars: L’état des forces final (Partie I)

Nous complétons aujourd’hui notre classement des films en nomination dans les catégories principales aux Oscars, présentés ce dimanche, que nous présentons en deux volets. Commençons par trois long métrages moins connus, mais tout aussi méritants de votre attention.

Philomena-film-still

Philomena

[Mettant en vedette Judi Dench et Steve Coogan. Réalisé par Stephen Frears.]
En nomination pour: meilleur film, meilleur actrice et meilleur scénario adapté

Ce film raconte l’histoire vraie de Philomena Lee qui, 50 ans après avoir «donné» son fils en adoption, fait des recherches pour le retrouver.

On apprend l’histoire de Philomena (Judi Dench) grâce à des flashbacks. On apprend qu’elle a été mise dans un couvent irlandais par son père quand sa mère est morte. On voit aussi comment elle est tombée enceinte. Et pendant 15 minutes qui déchireront tout ceux qui ont un cœur, on voit une partie de son accouchement, lorsque son fils est donné en adoption et sa vie dans le couvent.

Philomena ne va pas à la recherche de son fils tout seul. Grâce à sa fille, un ancien attaché de presse un peu désillusionné de l’humanité, Martin Sixsmith (Steve Coogan) décide de l’aider dans sa recherche. On passe avec eux de drôles, de bons et des mauvais moments. Comme c’est une histoire vraie, la fin est à la fois cruelle et belle.

Dans le rôle de Philomena, Judi Dench est à des années-lumières du rôle de M dans les James Bond. Elle campe le rôle d’une sextagénaire à la fois sensible et forte, innocente et réaliste. Sa vulnérabilité et son courage crève l’écran. Le seul problème avec sa performance, c’est qu’elle tombe en même temps que celle de Cate Blanchett.

Jusqu’à présent, c’est le meilleur film de la saison des Oscars.

Verdict: Cinéma plein prix

*   *   *   *   *

before-midnight-ethan-hawke-julie-delpy

Before Midnight

[Mettant en vedette Ethan Hawke et Julie Delpy. Réalisé par Richard Linklater.]
En nomination pour: meilleur scénario adapté

Dans le troisième volet de la série romantique Before, on retrouve nos amis Jesse (Ethan Hawke) et Céline (Julie Delpy) en Grèce environ 9 ans après Before Sunset. Qu’est-ce qui a bien pu changer?

Si Before Sunrise explore l’innocence et l’espoir, si Before Sunset explore les regrets et la maturité, Before Midnight explore la routine et ses conséquences.

Dans les 40 premières minutes du film, Jesse et Céline ne sont jamais seuls. Il y a une bonne raison pour cela que je ne vous gâcherai pas ici. Ce n’est que dans la dernière heure qu’on retrouve la formule de la série: Jesse et Céline qui sont seuls et qui marchent dans une ville.

Cette fois-ci, la routine, les responsabilités et les conséquences de leurs choix prennent non seulement toute la place dans leurs conversations mais aussi dans leur façon d’être ensemble. Leur malaise traverse l’écran. Chacun des acteurs livre une performance brillante et subtile qui passe encore inaperçu face aux membres de l’Académie. Le film se termine comme les deux autres : nous laissant le choix de décider ce qui adviendra de nos amis.

Le grand problème du film, et de la série, c’est qu’il n’a pas été écrit pas Woody Allen. Peu de séries et de films racontent la vie de tous les jours de façon aussi belle sans artifice. Si Woody Allen avait été l’auteur de cette série, sa renommée ne serait plus à faire. Au lieu de cela, cette trilogie reste un petit secret que l’on apprend de bouche à oreille.

Verdict: Location Blu-ray

*   *   *   *   *

august-osage-county

August: Osage County

[Mettant en vedette Meryl Streep, Julia Roberts, Julianne Nicholson et Juliette Lewis. Réalisé par John Wells.]
En nomination pour: meilleure actrice et meilleure actrice de soutien.

Basé sur une pièce de théâtre qui a gagné un prix Pulitzer, ce film raconte l’histoire de Violet Weston (Meryl Streep) qui demande à ses trois filles (Barbara, Karen et Amy) de revenir à la maison familiale lorsque leur père disparaît. Ça prend peu de temps pour que l’on comprenne qu’on a devant nous une famille dysfonctionnelle, dans un dîner où beaucoup de blessures reviennent à la surface et un secret de famille gardé depuis bien trop longtemps.

Violet Weston est méchante, a une langue acerbe, un problème de drogue et un cancer. Pensez au personnage de Kate Gulden dans One True Thing que Meryl Streep incarnait aussi, mais complètement à l’opposé! Elle tient le rôle de Violet avec brillance, comme à son habitude. On rêve avec elle lorsqu’elle raconte pourquoi elle est tombée amoureuse de son mari; on a pitié d’elle lorsqu’elle raconte un cadeau que sa mère lui a fait à 12 ans (et on comprend que la méchanceté date de longtemps dans cette famille); et on la déteste lorsqu’elle est méchante avec les personnes autour d’elle. Un vrai tour de force.

Julia Roberts, dans le rôle de Barbara, sœur aînée et fâchée, nous en donne pour notre argent. Quand elle dit à sa fille qu’elle peut tout faire, même rater sa vie, sauf de mourir avant elle, on est touché par son amour. C’est le seul moment où l’on est dans son coin. On se rend compte que la pomme n’est pas tombée loin de l’arbre quand on la voit répondre à sa mère et avoir des discussions avec son mari (Ewan McGregor, sous-utilisé).

Le seul défaut que j’ai pu trouver au film est aussi une de ses qualités: l’abondance des acteurs.

Julianne Nicholson, dans le rôle de la soeur cadette qui est restée pour s’occuper de ses parents, est excellente. On croit à toutes les émotions par lesquelles elle passe. Juliette Lewis est parfaite dans le rôle de Karen, la soeur qui est partie et qui réside dans sa bulle protectrice. Chris Cooper et Margo Matindale sont excellents. Quand il dit à sa femme qu’elle doit être plus gentille avec leur fils de 38 ans, on regrette immédiatement qu’il n’ait pas eu de plus de temps à l’écran. Même chose pour Margo quand elle dévoile un secret à Julia Roberts. Une belle broche d’acteurs qui sont sous-utilisés.

Le film, grâce à ses dialogues crus et à sa panoplie d’acteurs, nous en donne pour notre argent. Mais j’aurais aimé qu’ils soient moins nombreux pour qu’ils aient plus de temps d’écran.

Verdict : Location Blu-Ray

Catégorie The Godfather II (meilleur film) :
1- Philomena
2- Captain Phillips
3- American Hustle
4– Nebraska
5- Gravity
6- Dallas Buyers Club

Catégorie Marlon Brando (meilleur acteur) :
1- Matthew McConaughey
2- Christian Bale
3- Bruce Dern

Catégorie Katharine Hepburn (meilleur actrice) :
1- Cate Blanchett
2- Judi Dench
3- Meryl Streep
4- Amy Adams
5- Sandra Bullock

Catégorie Christoph Waltz (meilleur acteur de soutien) :
1- Jared Leto
2- Bradley Cooper
3- Barkhad Abdi
Michael Fassbender
Jonah Hill

Catégorie Shelly Winters (meilleur actrice de soutien)
 :
1- June Squibb
2- Julia Roberts
3- Sally Hawkins
4- Jennifer Lawrence

Catégorie Woody Allen (meilleur scénario original) :
1- Nebraska
3- Blue Jasmine
4- American Hustle
5- Dallas Buyers Club

Catégorie Francis Ford Coppola (meilleur scénario adapté)
1- Before Midnight
2- Philomena
3- Captain Phillips

Publicités

Une réflexion sur “Course aux Oscars: L’état des forces final (Partie I)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s