LNH: Retour sur la date limite des transactions

St-Louis Rangers

Suite à la journée fatidique des transactions dans la LNH, plusieurs équipes en sont sorti gagnantes, d’autres perdantes et certains ont préféré le statut quo, comme d’autres qui n’ont pu conclure une entente. Ce fut une des dates limites les plus excitantes depuis un bon bout qui a, en fait, commencé le 28 février avec la transaction entre St-Louis et Buffalo; et qui a duré un peu moins de 6 jours.

On s’attendait à ce que plusieurs gros noms changent d’adresse; je vous avais même dressé une liste de trente joueurs susceptibles de passer sous d’autres cieux. Pendant que plusieurs de ceux-ci relèveront de nouveaux défis, certain resteront avec leur équipe actuelle, et qui sait, changeront d’adresse à leur tour cet été. Entre temps, voyons voir qui sont les gagnants, les perdants, et quelques déception à noter de cette période de transactions.

LES GAGNANTS

Canadiens de Montréal
Échangés : Sébastien Collberg, Choix conditionnel de 2e ronde (2014), Choix conditionnel de 5e ronde (2015), Considérations futures
Acquis : Thomas Vanek, Mike Weaver, Devan Dubnyk, Choix conditionnel de 5e ronde (2014)
Il va sans dire que Marc Bergevin a conclu LE coup fumant en allant chercher Thomas Vanek. Le Tricolore ajoute enfin un marqueur dans ses rangs, et ce, à prix modeste. Même s’il n’y a aucune garantie que l’Autrichien restera à Montréal au-delà de cette fin de saison, il en demeure que Vanek sera un atout pour le CH qui bataillera en séries. Pour sa part, Sebastien Collberg – malgré qu’il était bien coté à son repêchage – n’a pas progressé plus qu’il faut, ne récoltant que 3 buts et 6 passes en 40 match cette saison dans la ligue élite suédoise. De plus, Bergevin a mis la main sur une police d’assurance au poste de gardien en faisant l’acquisition de Devan Dubnyk et il également ajouté de la profondeur à la ligne bleue en allant chercher Mike Weaver.

Sabres de Buffalo
Échangés : Ryan Miller, Steve Ott, Brayden McNabb, Jonathan Parker, Matt Moulson, Cody McCormick, Jaroslav Halak, Choix de 2e ronde (2014), Choix de 2e ronde (2015), Choix de 3e ronde (2015)
Acquis : Chris Stewart, Michal Neuvirth Rostislav Klesla, William Carrier, Hudson Fasching, Nicolas Deslauriers, Torrey Mitchell, Choix de 2e ronde (2014), Choix de 1re ronde (2015), Choix de 2e ronde (2016).
Lorsque l’état-major de l’équipe a annoncé une reconstruction; ils étaient sérieux. Ils ont liquidé plusieurs de leurs éléments-clés pour se garnir de choix au repêchage ainsi que des jeunes joueurs établis et des espoirs. Même si l’équipe a acquis certains joueurs, elle n’a pas hésité à les refiler à d’autres équipes, toujours dans le but de se rajeunir et de reconstruire. Avec déjà une base solide d’espoirs dans leurs rangs, ils en ajoutent d’autres en plus de détenir plusieurs choix aux prochains repêchages. Avec les étoiles qui semblent s’aligner, les Sabres de Buffalo pourraient être dangereux d’ici cinq ans.

Blues de St-Louis
Échangés : Jaroslav Halak, Chris Stewart, William Carrier, Mark Mancari, Choix de 1re ronde (2015)
Acquis : Ryan Miller, Steve Ott, Eric Selleck
Il y a aucun doute que les Blues y vont pour la Coupe cette saison. Ayant déjà une bonne équipe sous la main, le DG Doug Armstrong a ajouté d’autres éléments qui permettront aux Blues de peut-être savourer leur première Coupe Stanley. Ryan Miller vient améliorer le poste de gardien de but alors qu’Ott ajoute de la profondeur en plus d’être un joueur typique des séries par sa robustesse. En espérant que le tout résultera en une belle cohésion, puisque la dernière fois que les Blues ont passé la 2e ronde des séries, ce fut en 2001.

Rangers de New York et Lightning de Tampa Bay
Au Rangers : Martin St-Louis
Au Lightning : Ryan Callahan, Choix de 1re ronde (2015), Choix conditionnel de 2e ronde (2014)
Il est difficile de choisir un gagnant dans cette transaction. Les Rangers s’améliorent immédiatement en obtenant St-Louis; mais à long terme, les choix au repêchage acquis par les Bolts pourront être payants, et je n’ai même pas encore parlé de la possibilité que Ryan Callahan obtienne une prolongation de contrat! Mais à la fin, on retiendra que ce dernier voudra être grassement payé, un prix qui sera vraisemblablement exorbitant et qui ne fera aucun sens.

Kings de Los Angeles qui obtienne Marian Gaborik
Même s’ils ne sont pas entièrement gagnants durant la journée d’hier, le DG Dean Lombardi a néanmoins solidifié son attaque en vue des prochaines séries éliminatoires. Il a acquis l’attaquant Marian Gaborik en retour de Matt Frattin, un choix de 2e ronde et un choix conditionnel de 3e ronde. C’est peu payé pour un joueur de la trempe de Gaborik, vu que s’il se met à jouer sérieusement et sans blessure, il doit être considéré dans l’élite de ce sport. Les Kings voudront répéter leurs exploits de 2012, et en obtenant un joueur comme lui, ils deviennent prétendants une fois de plus.

Panthers de la Floride et Canucks de Vancouver
Au Panthers : Roberto Luongo et Steven Anthony
Au Canucks : Jacob Markstrom et Shawn Matthias
On ne pourra pas dire que Mike Gillis n’essaie pas… Mais une chose qu’on pourra dire de lui, c’est qu’il a mal géré son équipe depuis le tout début. En un peu plus de huit mois, il aura échangé deux gardiens numéro un en retour d’actifs pour lesquels les résultats et les dividendes devront attendre. Au moins cela lui aura permis d’acquérir des jeunes joueurs dont leur avenir est prometteur. Du côté des Panthers, ils comblent une lacune qui les suit depuis… le départ de Roberto Luongo en 2006. C’est un retour au bercail pour le Québécois là où il s’est établi et où il s’est bâti une bonne réputation. Il n’aura plus d’excuse, puisque son poste est assuré en Floride, là où il n’y a pas vraiment de relève à cette position.

LES PERDANTS et DÉCEPTIONS

Il n’y a pas vraiment de perdants (en fait oui, un en particulier), car en consultant la liste des transactions depuis le 28 février, plusieurs échanges ont été faits dans lesquels le retour était bénéfique pour les deux équipes. Par contre, il y a eu des prises de décisions qui ont été irréfléchies et qu’il faut souligner…

Garth Snow et les Islanders de New York
Lorsque Snow a acquis Vanek en début de saison; la plupart des amateurs soutenaient déjà qu’il avait payé très cher pour un joueur qui allait devenir autonome sans compensation et surtout, avec aucune certitude que Vanek restera à Long Island. Ce dernier avait même refusé une offre de 50 millions de dollars pour une durée de 7 ans. Avec cette impasse, Snow a évidemment commencé à écouter les offres venant d’ailleurs. N’étant pas satisfait de celles-ci, il se servira de la date limite des transactions pour peut-être monter la valeur de Vanek. Par contre, le jeu de la patience lui aura joué un tour, puisque les équipes qu’il a fait poireauter ont perdu patience, et donc trouvé preneur ailleurs. Bergevin prend alors cette opportunité pour lui soumettre une offre, qu’on considère à rabais. Menotté, Snow a accepté l’offre un peu avant l’heure limite de 15h, de peur qu’il n’obtienne rien en retour.

Mike Gillis
Un peu plus tôt, nous avons souligné la piètre performance de celui-ci avec ses gardiens durant la dernière année. De plus, un autre joueur – cette fois-ci, Ryan Kesler – avait demandé à être échangé. Il aurait reçu un nombre incalculable d’offres de plus d’une dizaine d’équipes. Et donc hier, Kesler est demeuré un Canuck. Vraisemblablement, Gillis tentera d’échanger l’Américain cet été au repêchage. Là où il a un peu mieux fait, c’est la gestion du dossier Raphael Diaz. Le Suisse s’est apparemment comporté comme une diva depuis son entrée à Vancouver, ce qui a amené Gillis à se débarasser de lui. Trois clubs en trois semaines… ouch!

Martin St-Louis
Marty est le type d’athlète que je vénère. Malgré tous les obstacles devant lui, il les a tous surmonté et il a réussi à s’épanouir durant sa carrière, récoltant plusieurs prix et nominations. Là où j’ai un mauvais goût dans la bouche, c’est comment il s’est comporté durant son processus de demande d’échange. Je reconnais qu’il n’est probablement pas plaisant d’être boudé à la sélection d’une équipe nationale; mais à la fin de la journée, il se doit de demeurer professionnel et de passer à autre chose. Or, même s’il a demandé à être échangé, il n’avait pas à l’affirmer publiquement, que cela soit ferme ou sous-entendu, durant une entrevue.

Lou Lamoriello
Je ne sais pas ce que Martin Brodeur pouvait valoir sur le marché des échanges. Un gardien glorieux mais en fin de carrière peut vraisemblablement valoir énormément, mais si jamais les offres n’étaient pas assez intéressantes pour Lou, alors à ce moment, il ne faut pas lui en vouloir de garder Brodeur et de vouloir se battre pour une place en séries avec lui.

L’acquisition d’Andrew MacDonald par les Flyers.
Bien sûr, c’était un défenseur bien convoité considérant son salaire minime (pour un hockeyeur) de 500 000$. La réalité demeure que MacDonald n’est simplement pas bon au hockey. Son seul outil est de bloquer les lancers. Plus souvent qu’autrement, lorsqu’il est sur la glace, c’est l’adversaire qui est en possession de la rondelle. Ces Flyers n’apprendront jamais…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s