LeBron James: Et si…

Si. Une petite injonction qui en dit tant. Et c’est cette injonction qui me gardera rivé sur mon téléviseur pour la finale de la NBA.

Les médias sportifs et les fans de la NBA sont présentement captivés par un débat : LeBron James est-il le meilleur joueur de tous les temps?

Deux choses m’empêchent de donner ce titre à LeBron :

  1. Sa carrière n’est pas finie. Que dira-t-on de lui si ses 5 dernières années ressemblent à celles de Tim Hardaway, Amare Stoudemire ou Antoine Walker? Hautement improbable pour l’instant, direz-vous, mais laissons le temps agir.
  2. Les « si » qui accompagnent sa carrière.

De tous les grands joueurs de l’histoire de la NBA, aucun n’a autant de « si » attachés à son nom que LeBron James.

Avant d’aller plus loin, j’aimerais clarifier quelque chose : je ne suis pas de ceux qui prient aux pieds du King tous les soirs, ni quelqu’un qui brûle des poupées de LeBron tous les soirs. Ceci étant dit…

Michael, Magic, Larry, Shaq, Hakeem, Kareem, Tim Duncan et Bill Russell n’ont pas autant de « si » qui les hantent. Le seul scénario hypothétique non résolu de MJ et Hakeem est qui l’aurait emporté entre les Bulls et les Rockets en 1994 et 1995 si Jordan n’était pas parti jouer au baseball. Shaq aurait pu mieux prendre soin de son corps, mais avec quatre bagues aux doigts, ainsi que le poids des années, il est difficile de lui reprocher grand chose. Magic était déjà sur la pente descendante lorsqu’il a appris avoir contracté le VIH.

Avec LeBron, c’est plus compliqué.

*****

Premier « Si » : 97,5%

Match 6 de la Finale 2013

Tout le monde se souvient du tir incroyable de Ray Allen. Mais la séquence précédente qui a permis à ce tir d’exister est mon sujet de discussion et aussi, selon moi, le plus grand mystère de l’histoire de la NBA.*1

Durant la série, Kawhi Leonard a touché le ballon 80 fois au rebond. Deux fois, il ne l’a pas capté. Un de ces rebonds fut sur cette séquence.

Je récapitule. On enchaîne :

– Il reste 28 secondes
– Les Spurs mènent par 5.
– LeBron prend un 3pt et le manque.
– Kawhi touche au ballon lors du rebond.

C’est ici qui tout change. Au lieu du ballon qui finit par se retrouver une seconde fois dans les mains de LeBron qui réussit son lancer de trois points:

– 97,5% du temps, Kawhi attrape le rebound.
– Miami le faute.
– Il rentre ses lancers francs.
– San Antonio mène par 7 avec 20 secondes à faire.
– San Antonio gagne le titre.
– LeBron est 1 en 3 en finale.

(En d’autres mots, il aura fallu une situation qui arriva 2,5% du temps pour que LeBron remporte son second titre.)

Deuxième « Si » :  La bourde de Draymond

Match 5 de la Finale 2016

Avec un Kyrie Irving et Kevin Love en santé, avec un Steph Curry qui n’était visiblement pas rétabli de sa blessure au genou, Cleveland était clairement en voie de se faire éliminer.

La NBA suspend Draymond Green. Avec raison.

Je récapitule :

– Les Cavs sont en santé, mais se font outrageusement dominer par les Warriors pendant les premiers matchs et sont sur le point de prendre une avance de 3-1 dans la série.
– Alors qu’il ne reste que 2:30 au quatrième match, LeBron tente d’intimider Draymond Green, mais ce dernier n’embarque pas dans son petit jeu.
– La NBA ne suspend pas Draymond Green.
– Les Warriors gagnent la série 4-1.
– LeBron est 1 en 7 en finale.

Ce qui nous amène à ce soir. Les deux équipes sont en santé. Les Warriors se sont délestés de cette aura d’invincibilité qui les habitaient l’an dernier, et paraissent maintenant plus dangereux que jamais avec Kevin Durant parmi eux. Comment LeBron va-t-il prendre l’affront ultime d’être le meilleur joueur de la ligue ET le champion en titre, mais que tout le monde pense que Golden State ne fera qu’une bouchée de Cleveland?

Je savais à quoi m’attendre de Jordan en 1993.
Je savais à quoi m’attendre de lui en 1998.

Lebron?

Je vais le savoir dans les prochains matchs.

Mais pour ce que ça vaut… Warriors en 5.

¹ Si les Spurs gagnent :
– Tim Duncan a un 5e titre, finit sa carrière avec 6 championnats, élimine le débat « Meilleur joueur de sa génération: Kobe ou Duncan? » et égalise un centre de la NBA.
– Tim Duncan gagne le MVP de la finale, 14 ans après son premier MVP des Finales, comme un centre de la NBA.
– En d’autres mots, il devient le Kareem Abdul Jabbar de sa génération, jusqu’à sa relation avec les médias.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s